INTERVIEW DJ GETBACK

Dans le cadre de sa venue samedi à la Villa Rouge pour la soirée du JSK SOUND SYSTEM “We Need Underground”, Dj Getback nous répond à quelques questions. A ne pas louper puor les amateurs de scratch et hip hop !

Ou as tu grandit ?
J’ai grandit à Mouries, Aix en provence, Marseille et Arles (Bouche du Rhône powa !)

Comment t’es tu lancé au mix ?
J’écoutais beaucoup de mixtapes, compilations mixés de cutkiller (cutkiller show), goldfinger et dj kost (compil double face), les scratchs sur les mixs c’était ce qui m’interpellait le plus, alors je me suis renseigné et dès que j’ai eu assez d’argent je me suis acheter mon premier matos!

Pourquoi les platines et pas une guitare?
Ben parce que le rock c’est pas pour moi! Ahah non je déconne, j’ai commencé par la guitare justement, dès mon plus jeune âge, mais pour diverses raisons je m’en suis désintéressé, surtout que l’on peu rejouer de la guitare en scratch, haha!

Qui sont tes ‘modèles’?
Il y en a pleins, Dj Netik, Dj Rafik, Dj Troubl’, Crazy B, Dj Pone, Dj Need… Mais une préférence pour Dj Twelv’ et Dj Sector qui m’ont beaucoup aidé, et permis de progresser.

Quel rythme d’entrainement doit-on suivre pour atteindre un bon niveau?
Ca dépend, maintenant avec internet, on a plus facilement accès a des cours, ou démos… Dès que j’ai commencé, j’avais que des VHS pour apprendre… On va dire qu’avec un training quotidien assez intensif en 2-3 ans on peux avoir un bon niveau.

Quelles sont les techniques principales du scratch?
Toutes les phases de scratch sont importantes, c’est le moyen d’expression du scratcheur, plus on a de phases, plus on peux s’exprimer.

Quelle est la plus dure a réaliser?
Les phases de scratchs, c’est du mécanisme, dès que l’on a assimilé comment telle ou telle phase fonctionne, ça va vite, le plus dur c’est les combos, c’est à dire combiner telle phase avec une autre, la création de ses propres combos, c’est ça qui est le plus dur…

Quel adversaire que tu as rencontré te semblait vraiment balèse?
LigOne, c’était aux championnats de france IDA 2009, je l’ai rencontrer en finale… C’est le français que je redoute le plus!!!! Maintenant on ne concoure plus dans la même catégorie, donc dur de s’affronter, mais on s’entraide sur la construction de nos plans, avis etc… S’il travaille bien, il peux accéder à un titre de champion du monde assez rapidement !

Quel souvenir gardes-tu de la soirée avec les birdy nam nam a montpellier?
Un très bon souvenir, si ce n’est le meilleur… Je n’avais jamais jouer devant autant de monde auparavant et même après cette date… Jouer en plus avec des icônes pour moi c’était un kiff personnel, surtout que c’était la deuxième fois, c’était plus que cool… Même le cadre, en plein air, c’était énorme!

Tu vis maintenant à paris. Qu’est ce que ca a pu changé pour toi?
Ça me permet beaucoup de chose d’être à Paris… J’ai pu rencontrer plein de gens qui sont dans le milieu qui me conseillent, m’orientent, j’ai rejoint le collectif Smack My Glitch Hop en tant que Glitchy Mc Fly (mon autre personnage) avec Polaroid (ancien Dj Sector) et Powell, avec Polaroid on a créé Electrik Blast (notre nouveau groupe), j’ai décrocher un partenariat avec la marque WESC FRANCE, un partenariat avec le site TEMPLE OF DEEJAYS, j’ai repris mes études, rencontré ma copine actuelle… Que du bon, même si ça ma permis de liquidé mon compte en banque ahah !

Premier vinyle acheté?
Rock my World de Mickael Jackson en 2002

Premier concert vécu?
A mon premier souvenir, Birdy Nam Nam à Avignon fin 2005.

Première grosse soirée en club?
Soirée Me, Myspace and My Band’s à Arles au Cargo de nuit en octobre 2007 avec Les Platineurs, c’est à partir de là que j’ai voulus commencer a mixé en soirée.

www.myspace.com/deejaygetback
www.myspace.com/glitchymcfly
www.myspace.com/electrikblast”/a>
smackmyglitchhop.tumblr.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *